DSC06399.JPG

Quand les gouttes de la nuit arrosent l'envol du jour

Exposition personnelle - Sculptures en céramique polychrome émaillées > voir
 

Explorant le figuratif dans la solitude d’un atelier fantasque, refuge habité au fond d’un vaste jardin peuplé d’êtres étranges, c’est une œuvre conséquente, patiemment réalisée au fil des années et qui impose sa narration.

 

C’est une œuvre qui raconte une histoire.

Originale et sensible, elle se fait miroir d’une vie, de mondes traversés : et sans en avoir l’air mais violemment, elle y encapsule bien des aspects de notre société, l’intime y revêtant une forme d’universalité.

Il y est question de traversée des genres, bien avant que ce phénomène ne s’impose à tous. Il y est question d’enfants attendus en vain, bien avant que les statistiques de procréation ne s’invitent dans les réunions familiales. Il y est question de prédateurs pour lesquels la jeunesse est un laisser-passer, bien avant que les mots ne soient rendus disponibles aux victimes. Il y est question de la chair en extase ou en souffrance, de nos peurs individuelles rationnelles ou non, de leur portée collective. Dans cette œuvre, on croise une louve hurlante, et l’animal totem du chamanisme s’y impose de manière éclatante.

Au-delà de comédienne, Florence Thomassin est sculptrice. Dans cette sphère intime, loin de l’être public et de son exposition, la richesse protéiforme d’une artiste pudique s’y révèle, avec une sincérité troublante. La force de ce travail explose, merveilleusement servi par de précieuses touches d’émail aux couleurs vibrantes.

 

Découvrir les sculptures de Florence Thomassin – 14/01 au 19/02/22 – Galerie Grès